Axes de recherche

Les orientations scientifiques de l’Institut du patrimoine s’arriment à un fort ancrage historique qui permet de considérer le patrimoine selon un double regard : on y aborde aussi bien les objets que les représentations du patrimoine dans le temps. Notre perspective, qui vise à connaitre et à comprendre autant le patrimoine d’hier et d’aujourd’hui que celui de demain, s’y intéresse tant comme sujet d’analyse que comme projet de société. Les espaces construits, la mémoire patrimoniale, les arts, la culture matérielle et immatérielle, bref, les différents patrimoines possibles sont considérés selon des approches qui sont descriptives, explicatives ou prospectives, ces approches ne s’excluant pas mutuellement. Cette vision intégratrice du patrimoine et de la patrimonialisation fédère autant les objets usuels du patrimoine (du bâti industriel aux sites rupestres, par exemple) que les pratiques actuelles et futures de documentation ou de consécration patrimoniale (TIC, arts médiatiques, etc.).

L’Institut explore les axes de recherche suivants :

Axe 1 : la caractérisation

Les travaux des membres de l’Institut portent notamment sur la caractérisation du patrimoine artistique (arts visuels, musique et arts de la scène), du patrimoine architectural et de la culture matérielle (vernaculaire, religieux, industriel, urbain, moderne, etc.), du patrimoine archivistique et documentaire (fonds d’archives, documents manuscrits et cartographiques, publications, enregistrements, dessins, estampes, etc.), sur les processus d’identification des rapports entre archives et patrimoine, sur le processus d’identification et de documentation du patrimoine tangible et intangible, sur l’usage des NTIC (nommément, de la modélisation numérique), etc.

Axe 2 : l’herméneutique

Les représentations du patrimoine intéressent aussi nos membres. Cet axe veut consolider les réflexions menées sur la notion de patrimoine, de plus en plus sollicitée aujourd’hui, ou à inscrire, dans la formation de professionnels, une réflexion sur la patrimonialisation. Cet axe thématique concerne particulièrement l’histoire et la théorie du patrimoine, de même que les questions des rapports entre histoire, mémoire, identité collective et patrimoine.

Axe 3 : la conservation

Les travaux des membres de l’Institut abordent également les questions de la législation et des politiques du patrimoine tant matériel qu’immatériel (incluant les traditions orales), de l’aménagement du territoire, de la sauvegarde des paysages et du patrimoine bâti, de la protection des lieux historiques et patrimoniaux, des archives et de la muséologie. Ils se penchent de plus sur les pratiques de conservation des artéfacts et des arts (par exemple, les notations chorégraphiques, etc.).

Axe 4 : la valorisation

Les questions de la valorisation et de la diffusion du patrimoine interpellent les membres de l’Institut, notamment les dimensions tourisme et patrimoine, musées et patrimoine, patrimoine et diffusion, patrimoine et commémoration, patrimoine et éducation, patrimoine et TIC (le numérique et ses multiples plateformes), etc.

Axe 5 : la gestion

Cet axe propose une réflexion sur les pratiques de gestion et concourt au renouveau des profils de formation en ce qui concerne les politiques publiques, l’économie sociale, la gestion culturelle et touristique, la gestion des archives et des collections, la gestion des biens patrimoniaux, la planification urbaine et l’aménagement du territoire. Cette réflexion sur la gestion patrimoniale s’inscrit dans une perspective de développement durable.